Thursday, November 19, 2009

3 ans après !

J’ouvre mon ordi ce matin et je n’en crois pas mes yeux. Eric Besson reprend le thème et les termes de mon livre « L’immigration par escroquerie sentimentale » paru en novembre 2006. (Editions Tatamis).

« Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, a annoncé mercredi vouloir engager une "réflexion" sur les "mariages gris", qualifiés "d'escroqueries sentimentales à but migratoire", un projet immédiatement dénoncé par les associations de droit des étrangers.

« Réunissant dans son ministère des hommes et des femmes se disant victimes de tels mariages, Eric Besson a d'abord fait valoir devant la presse que le nombre de mariages mixtes représente environ 30% de la totalité des mariages (273.500 en 2008). »

Ayant donc quelque expertise sur le sujet, je me permets d’analyser cette info à chaud :

-Le sujet devient « bankable » politiquement ; les victimes de mariages frauduleux( blancs, gris, forcés, transnationaux, polygames –une femme en France et une dans le pays d’origine-), de plus en plus nombreuses, ont des têtes de bulletin de vote qu’il s’agit de ne pas négliger en ces temps de sondages difficiles pour Sarkozy et l’UMP.

-Eric Besson, comme tous les ministres précédents, pédalent poussivement derrière le réel. Dans mon livre, j’explique pourquoi le mariage n’est plus la condition nécessaire et suffisante pour régulariser une situation de clandestinité ou obtenir un titre de séjour par le biais d’un mariage mixte célébré à l’étranger. La filière en or, le jackpot, c’est l’enfant né sur le sol français (Hexagone + DOM/TOM). 9 mois au lieu de 3 ou 4 ans pour garantir le titre de séjour, le calcul est vite fait.

- Il suffit de lire tous les conseils et astuces donnés sur les forums d'associations telles que "France terre d'asile", pour s'en convaincre. Conseil n° 1 : faites un bébé. Lire également l'excellent site d'un franco-sénégalais "senegalaisement.com" et tous ses bons plans pour venir en France.

-Le Figaro avait publié en novembre 2006, à la sortie de mon livre, un excellent article sur le sujet des paternités et des maternités « pour les papiers », notamment dans la communauté africaine en France. Silence radio de la part du gouvernement de l’époque !

Voici le lien sur la revue de presse de mon livre et notamment le Figaro : http://www.tatamis.fr/virtuelle.php/id/111214#immigration


http://actu.orange.fr/articles/france/Eric-Besson-veut-engager-une-reflexion-sur-les-mariages-de-complaisance.html

2 Comments:

Blogger Chitah said...

C'est comme le réchauffement climatique, ce thème est effectivement devenu "bankable".

3:30 AM  
Blogger la valse des pantins said...

Bonjour,

Je suis franco-marocain et je me suis marié en 1990 avec une marocaine dans un petit village perdu au nord du Maroc. J'ai été été victime de ce que l'on appelle maintenant le mariage gris. En effet, mon épouse un an et un enfant plus tard puis quelques heures,après avoir obtenu son titre de séjour valable 10 ans m'a dit:
" Maintenant que j'ai obtenu ma carte de séjour, divorces moi pour que je puisse enfin me marier avec l'homme que j'aime depuis toujours qui se trouve au Maroc et qui n'a pas de papier!!
IL EN FUT AINSI.
Après une multitudes de rebondissements judiciaires et de conflits, j'ai réussi à avoir la garde de mon enfant. Mon ex épouse, matérialiste, a obtenu tout ce qui était matérielle (appartement, meubles..etc..). Elle vit toujours dans mon ancien appartement à Garges lès Gonesse avec son mari et leurs enfants et ont obtenu tous les deux la nationalité française. Un hold-up presque parfait.
J'ai écrit un livre "la valse des pantins" sur ce sujet en février 2009. Des extraits sont disponibles sur Internet.
Edilivre la valse des pantins sur Internet.
Donc,le mariage gris existe vraiment. Mais, à mon avis, ce problème doit être réglé uniquement par le Ministère de la Justice et non pas par celui de l'Immigration. Ainsi, on évite l'amalgame et les récupérations politiques.
Cordialement


EDILIVRE LA VALSE DES PANTINS
En 1990, Houcine épouse Mardia au Maroc. Quelques temps plus tard, celle-ci le rejoint en France, dans son appartement de Garges-lès-Gonesse. C’est alors le début de la lune de fiel... Avant que d’être une charge contre les dysfonctionnements des Justices française et marocaine, avant que de dénoncer les manipulations d’une femme intéressée, La Valse des pantins est un drame familial authentique. Celui vécu par un père et son fils dont l’existence commune est remise en cause par la folie des uns et des autres. Longtemps harcelé, emprisonné même, Houcine Ouachani se pare ici d’une robe de procureur et dresse un réquisitoire accablant contre l’imbroglio international dans lequel son ex-compagne l’a fait plonger. C’est donc le témoignage d’un homme injustement et doublement condamné. C’est surtout le cri d’un père aux droits bafoués. Un plaidoyer sans concession dont on ressort atterré et bouleversé.
Né en France en 1963, Houcine Ouachani fait ses études en France. A l’âge de vingt-huit ans, il rentre dans son pays d’origine, le Maroc. Il y crée un journal hebdomadaire francophone qu’il intitule « la Passerelle » et le dirige pendant plusieurs années. Cette publication unanimement saluée est interrompue par le calvaire judiciaire causé par son ex- épouse. Humilié, incarcéré à plusieurs reprises dans une prison marocaine, il en ressort profondément blessé. Il rédige alors de sa plume trempée dans le vitriol La valse des pantins pour témoigner de l’histoire bouleversante de cette séparation d’avec sa première femme.

12:36 PM  

Post a Comment

<< Home