Sunday, October 19, 2008

Une allégorie de l’état psychiatrique de la France ?

- elle avait 60 ans, il a 31 ans ;
- il est Arménien, clandestin, a une femme et un enfant en Arménie ; (de quoi vivent-ils là-bas ?)
- il a été condamné à plusieurs reprises à des peines d’emprisonnement ;
- « Henrik Orujyan avait rencontré Josiane en 2005. Il purgeait au Mans deux peines d'emprisonnement (2006 et 2007) de 6 et 9 mois pour faits de violence avec armes, et violence sur sa concubine, selon la préfecture. » ;
- elle a donc été une femme battue par ce charmant compagnon clandestin ; elle avait porté plainte contre lui pour faits de violence sur sa personne ;
- elle a choisi la mort la plus atroce – elle s’est immolée par le feu- pour protester contre l’expulsion vers l’Arménie de son compagnon ;
- elle a cru pouvoir infléchir la décision de justice et garder chez elle son cogneur de compagnon ;
- Julien Dray, le moralisateur hypocrite, ne manque pas de récupérer le drame : «L'inhumanité commence à se banaliser "
- l'inhumanité de la violence subie par cette femme n'intéresse en aucun cas Julien Dray.
- Les clandestins sont de bonnes victimes à défendre pour toutes les assoces bien-pensantes à la compassion sélective ;
- On prend les paris pour la fin de l’histoire ? Le clandestin va être libéré, il va obtenir ses papiers et va pouvoir tranquillement faire venir sa femme et son enfant en France. Merci qui ? Merci Josiane Nardi.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/10/18/01016-20081018ARTFIG00574-la-compagne-d-un-sans-papiers-s-immole-.php

0 Comments:

Post a Comment

<< Home