Monday, June 30, 2008


Mariage avec une carte d’identité qui ouvre les portes du paradis.
Quelques extraits :
« Je suis heureuse ! Je vais, enfin partir au bled. C'est bizarre mais chaque année, je jure de ne plus jamais retourner dans ce pays et l'année suivante, je reprends un billet. C'est l'air du pays qui me manque ! Où sont mes papiers ? Ah ! Ils sont bien là ! Avec ma double identité, J'ai du mal à me souvenir quels papiers montrer, à qui, quand et où... Il faut que je me mette dans la tête que lorsque je suis à la douane française, je montre mes papiers français et quand j'arrive à la douane algérienne, je montre mes papiers algériens.
Ca y est ! L'avion atterri. J'arrive, enfin à Alger, la Blanche… heu… plus vraiment blanche, plutôt multicolore… Quelle chaleur !... En sortant de l'aéroport, je vois mon oncle au milieu d'un monde fou. La plupart des gens présents n'ont rien à faire de leur journée alors ils passent leur temps, ici. A attendre quoi ? Même, eux, ne le savent pas ! Je crois que, poireauter, est le loisir favoris et à la mode de mes compatriotes. Ces téméraires n'ont-ils pas peur de moisir ?
Mon oncle me souhaite la bienvenue dans le pays, dit « bled Noooooormal ». Effectivement, la normalité, en Algérie, c'est comment dire… Disons que…Pour résumé, c'est tout ce qui est, anormal, dans tous les autres pays ! Avant d'aller à Bordj Bou Arredj, dans ma maison familiale que mon papa a construit, toute sa vie, nous faisons une escale à El Harrach, voir ma Tata Khadidja. Sur l'autoroute, nous rencontrons des voitures en panne, des piétons avec leurs moutons tentant d'éviter les voitures qui arrivent à toute allure…. « bled Nooooormal »… N'empêche que… j'ai peuuuur ! Ouf ! Nous n'avons renversé personne et arrivons à destination, sain et sauf !
Quel plaisir de revoir toute la famille. J'entends, alors, mes cousins crier : « La France est arrivée, sentez l'air de la France »… Heu, non, je ne suis pas la France… Je suis en Algérie, donc, d'après mes papiers je suis algérienne… Par contre, quand je suis en France, d'après mes papiers, je suis française mais ça reste d'après mes papiers, parce que sinon, réellement… Heu… Non ! Je ne suis pas, non plus, une zimigri... …. Ololo !
Arrive la question détestée de tous les zimigris ! « Dis-nous, qu'est ce que tu préfères, l'Algérie ou la France ? » Que dois-je répondre pour ne vexer personne ?... Bon ! Ben ! L'Algérie ! « T'es folle ! Vous êtes bien en France… RMI… Aide… Sécurité Sociale…. Chômage… Nous… Misère… Partir en France… »
Trois jours que je suis ici et déjà, je ne veux plus sortir ! J'en ai marre de me faire mater et de recevoir des réflexions à deux balles ! Avec toutes les filles sublimes qu'il y a dans ce pays, pourquoi s'intéressent-ils à moi ?! En peu de temps, j'ai, finalement, compris que, si les hommes d'ici ne sont pas, tous, déjà morts, c'est parce que « L'espoir fait vivre », c'est la raison pour laquelle ils arrivent à survivre. Ils espèrent, tous, avoir la chance, un jour, de se marier avec nos cartes d'identité !

0 Comments:

Post a Comment

<< Home