Monday, October 22, 2007

Le paradis des prédateurs.

Le commentaire que m’a laissé Valérie suite à mon précédent post correspond sensiblement aux témoignages que je reçois tous les jours à l’association :
«Bonjour, je vous envoie ce message pour vous demander de l’aide, voilà je suis française et j ai 2 enfants. En 2001 j'ai rencontré un algérien qui n avait pas de papiers. On a eu un petit garçon ensemble et on était bien ensemble pendant 2 ans et demi. J’ai tout fait pour qu'il ait ses papiers, on n’est pas mariés mais comme il a eu un enfant né en France on a réussi à avoir sa carte de séjour. Je l’aime trop, je l’ai dans la peau, je ferai n'importe quoi pour lui. Alors, il a eu ses papiers, il a trouvé du travail, il a passé son permis de conduire et quant il a eu tout cela il est parti de la maison mais on se voyait tous les jours comme si qu’ on était encore ensemble, et avant hier il m'apprend qu'il va se marier avec une algérienne et qu'il va ramener en France c'est comme s’il m'avait planté le couteau dans le coeur, et moi qu'est ce que je deviens dans tout ça, tout ce que j ai fait pour lui et sa famille je peux même pas vous raconter, mes 6 ans avec lui car il y aurait des pages et des pages. C'est pour cela que je vous envoie ce message pour vous demander comment je peux lui faire retirer ses papiers et me venger car pour moi il a bien profité sur moi et mes enfants car ils souffrent maintenant et moi aussi. cordialement. »
Le prédateur recherche une proie fragile, naïve, crédule, en mal de vie de famille normalisée et d’enfant. La proie peut s’appeler Valérie, Martine, Fatiha ou même Jacques ou Karim, l’essentiel étant qu’elle ait la nationalité française. Les techniques utilisées pour y parvenir sont bien rôdées. Dans un premier temps, la proie aura droit à la séduction, les belles paroles, l’empathie, la romance amoureuse, la perspective d’un enfant, puis très vite le prédateur soufflera le chaud et le froid en fonction de ses intérêts, toujours les mêmes : papiers Schengen et argent. Viendra le temps de la manipulation mentale, des violences physiques et psychiques, des menaces et intimidations. La proie est ferrée, empêtrée dans une toile d’araignée dont elle ne peut plus se défaire.
La proie angélique se démène pour le père de son enfant ; elle l’aide à faire ses papiers à la préfecture, elle alimente en argent et cadeaux toute la famille qui espère les retombées financières du business-plan « enfant-carte de séjour-jackpot ».
La proie est lobotomisée par la propagande du métissage obligatoire ; confiante, généreuse, aux petits soins pour son coq en pâte, elle le défend bec et ongles contre les vilains méchants racistes. Le prédateur a l’intelligence du mal et plusieurs coups d’avance sur la proie inconsciente des enjeux. Lorsque le prédateur s’est bien servi, il largue proie et enfant sans état d’âme.
Au final, le prédateur ne pratique pas le métissage ; il se marie au bled, contracte un mariage endogame avec sa jeune cousine qu’il ramène comme un trophée en France. Un mariage construit sur la destruction de celle qui a aidé « l’ayant-droit-sans-devoir » à se maintenir sur le territoire. Le moment venu, il ne manquera pas de la narguer en se pavanant en BMW devant son domicile chaque fois qu’il le pourra.
Personne ne viendra en aide à la proie ; elle sera ballottée entre « C’est bien fait pour toi, fallait pas sortir avec un clandestin » et l’indifférence des associations au droit-de-l’hommisme sélectif ; associations gavées de subventions publiques, fascinées par les délinquants, les profiteurs et les affairistes : « Vous avez droit à la France, vous n’avez pas de papiers, mariez-vous, faites un enfant, vous aurez une carte de séjour ». Les associations aux défenses sélectives professent la légitimité de l’illégalité, la destruction de la famille et du tissu social, la haine des victimes de l’immigration incontrôlée. Ce qui leur importe c’est de poursuive ad vitam aeternam leur business « lucratif sans but ('1).
La perversité de ces pères abjects à durée déterminée n’a d’égale que la perversité de l’Etat français qui se garde bien d’appliquer les lois existantes et de faire les réformes nécessaires pour venir à bout de ces manœuvres dolosives généralisées. (2) L’immense majorité des sénateurs et des députés, bien au fait de ce qui se trame dans leurs circonscriptions, pratique la politique du laissez-faire et de la régularisation au fil de l'eau. Idem pour les gouvernements successifs, les ministres, la justice. Louis XIV pourrissait sur pied vers la fin de sa vie ; La France de 2007 pourrit par la tête. Notre pays est une charogne que les vautours et les hyènes se plaisent à dépecer méthodiquement.
La France est LE pays de la convergence des prédateurs.

(1) La stratégie du chiffon rouge du 1 octobre
(2) Pierre-Patrick Kaltenbach

1 Comments:

Blogger Caccomo said...

Il en est de même des inscriptions à l'université. Même topo. C'est le moyen d'obtenir un visa, de sortir de son pays, et de venir en France...et on ne verra jamais ces faux étudiants en cours..

12:58 PM  

Post a Comment

<< Home