Thursday, February 18, 2010

Le marché des fausses paternités à Toulon.

Valeur d’un bébé : entre 5 000 et 7 000 euros.

La loi prévoit que le parent étranger d’un enfant français, vivant sur le territoire, obtient de plein droit une carte de séjour « vie privée et familiale ».

La bonne combine existe depuis la loi RESEDA de 1998, promulguée par le gouvernement Jospin. Elle sévit non seulement dans l’Hexagone mais dans les DOM-TOM où les paternités blanches (en échange d’une somme d’argent) sont organisées en filières de régularisation.

L’autre filière, la paternité grise, est fondée sur la manipulation et la tromperie. Une femme a une relation amoureuse avec un clandestin qui lui fait miroiter une vie de famille et lui met la pression pour avoir un enfant. À la naissance, le clandestin se dépêche de reconnaître l’enfant à la mairie mais ne va jamais le voir à la maternité. Et le tour est joué !

Ces pères administratifs, à durée déterminée, sont bien évidemment défendus bec et ongles par toutes les officines immigrationnistes et antiracistes, spécialisées dans la compassion sélective et la défense juridique à géométrie variable.

Une génération d’enfants conçue pour des titres de séjour, avec la complicité des politiques UMPS depuis une douzaine d’années.

Sunday, January 31, 2010

Ma réponse à l'article précédent sur Agoravox :

Je voudrais apporter une précision à l’article en ce qui concerne les mariages gris. Ce n’est qu’avec la parution de mon livre en novembre 2006 que cette appellation a été « popularisée » en France. Auparavant on englobait toutes les fraudes au mariage dans un terme générique « mariages blancs » ou parfois « mariages de complaisance ».

La dénomination « mariage gris » est connue en Belgique depuis de nombreuses années pour faire la distinction avec le mariage blanc, dans lequel les deux conjoints se mettent d’accord pour frauder : carte de séjour contre négociation financière et pas de consommation du mariage.

Dans le mariage gris, un mariage en demi-teinte, un conjoint est sincère et l’autre joue le jeu de la séduction et de l’amour le temps d’obtenir gratuitement et légalement sa carte de séjour. Avec consommation du mariage car l’enfant-jackpot est indispensable pour bétonner administrativement la pérennité du séjour dans le pays choisi.

Si l’on voulait poursuivre dans la gamme de nuances et en y mettant une touche d’ironie, le mariage où les deux sont sincères, pourrait s’appeler un « mariage noir » ! Il est vrai que le mariage commence en duo et finit souvent en duel !

Saturday, January 30, 2010

Ciel gris sur les mariages

Faut-il lutter par la loi contre les « escroqueries sentimentales » (selon Éric Besson) que sont les "mariages gris" ? Le gouvernement doit-il s’immiscer dans les affaires les plus intimes des citoyens ? C’est un peu ce qu’il ressort de cette nouvelle mission sur la lutte contre les "mariages gris".

Le 18 novembre 2009, le ministre Éric Besson exprimait son intention de lutter plus efficacement contre les "mariages gris" qu’il qualifia de véritables « escroqueries sentimentales » (l’expression est en fait de Marie-Annick Delaunay) et confia ce dossier à une députée de Tours, Claude Greff, après avoir reçu en grande pompe Blandine Jullian, présidente de l’ANVI (Association nationale des victimes de l’insécurité).

La suite sur : http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/ciel-gris-sur-les-mariages-69007

Friday, January 08, 2010

Le business parental des mariages forcés

Partie cet été dans son pays d’origine, l’Algérie, une jeune femme de 22 ans a été piégée par sa mère qui lui a déchiré ses papiers d’identité.

Radha s’est retrouvée piégée sans papiers, sans portable et enfermée dans une chambre avec sa cousine. Elle ignorait qu’elle était promise à un Algérien de 35 ans qui avait payé 3000 euros pour le deal.

Avec le téléphone portable de sa cousine, elle compose le numéro de son médecin traitant à Caen qui donne l’alerte à des éducateurs. Le processus de sauvetage de Rhada est en route.

Pour revenir en France, elle a besoin de nouveaux papiers d’identité et elle doit porter plainte contre sa mère. « Jamais auparavant, selon le procureur, une Algérienne avait osé effectuer une telle démarche ». En septembre dernier, Radha peut regagner la France.

Aujourd’hui, Radha travaille dans la vente : « Je vis loin de ma fratrie, c’est un déchirement que d’aller contre les coutumes de la communauté dont vous êtes issue. Mais c’est le prix à payer pour conquérir ma liberté et celle des Maghrébines de ma génération. » (Ouest-France, 8.01.10, Nathalie Hamon)

Le mariage à visée migratoire est un business florissant. L’ex-futur conjoint algérien de Radha avait versé 3000 euros à sa mère pour pouvoir franchir les portes du Paradis. La cote de Radha est discount dans la mesure où les tarifs peuvent atteindre 15 000 euros. Il faut ajouter les bijoux, la cérémonie du mariage et les youyous, mais le retour sur investissement se fera au centuple dans notre bonne vieille France généreuse mais … à poil.

Le Haut Conseil à l’Intégration estime que 70 000 jeunes filles sont potentiellement menacées de mariages forcés. Seul le Danemark a pris des mesures législatives draconiennes pour lutter efficacement contre ces filières d’immigration frauduleuses. Côté négatif : les mariages mixtes sincères et authentiques pâtissent de cette législation et beaucoup s’installent de l’autre côté de Copenhague, à Malmö en Suède. La perfection n’est pas de ce monde.

Wednesday, December 30, 2009

Les papiers ou la vie !

« Elle refuse le mariage, le clandestin lui met des coups de couteau en pleine rue. Sans l’intervention de témoins, vendredi dernier, à Lunel, cette Pescalune serait peut-être passée de vie à trépas.

En début d’après-midi, rue de Verdun, des passants ont donc volé au secours d’une dame âgée de 32 ans, qui, au sol, devant chez elle, était frappée à coups de poing puis à coups de couteau par un individu… Au final, la victime, qui est toujours hospitalisée, a reçu trois ou quatre coups de lame, au thorax - ce qui a provoqué un pneumothorax - et à l’abdomen, mais ses jours ne sont pas en danger.

L’auteur de l’agression a été interpellé et longuement entendu tout le week-end par les gendarmes. En fait, il s’agit d’un Algérien de 37 ans, en situation irrégulière sur le territoire et qui avait noué une relation amoureuse avec la victime depuis huit mois. Mais cette dernière venait de lui signifier qu’elle revenait sur sa décision de se marier avec lui, décidée à rompre, ce qu’il n’a visiblement pas supporté, entraînant ce déchaînement de violence.

Le suspect, jusqu’alors inconnu des services de police, a été déféré au parquet lundi, puis jugé en comparution directe devant le tribunal correctionnel. Mais son procès a été reporté, les magistrats estimant nécessaire un supplément d’information, notamment une expertise psychologique du mis en cause qui ne s’explique pas son geste et qui dit ne pas se rappeler de ce qui s’est passé. « Par dépit amoureux, il est parti en vrille » résume son avocat, Me Boubanga. Le tribunal a décidé de le placer en détention provisoire, jusqu’à l’audience du 22 janvier. »

midilibre.com Édition du mardi 22 décembre 2009 Lunel

Thursday, November 19, 2009

3 ans après !

J’ouvre mon ordi ce matin et je n’en crois pas mes yeux. Eric Besson reprend le thème et les termes de mon livre « L’immigration par escroquerie sentimentale » paru en novembre 2006. (Editions Tatamis).

« Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, a annoncé mercredi vouloir engager une "réflexion" sur les "mariages gris", qualifiés "d'escroqueries sentimentales à but migratoire", un projet immédiatement dénoncé par les associations de droit des étrangers.

« Réunissant dans son ministère des hommes et des femmes se disant victimes de tels mariages, Eric Besson a d'abord fait valoir devant la presse que le nombre de mariages mixtes représente environ 30% de la totalité des mariages (273.500 en 2008). »

Ayant donc quelque expertise sur le sujet, je me permets d’analyser cette info à chaud :

-Le sujet devient « bankable » politiquement ; les victimes de mariages frauduleux( blancs, gris, forcés, transnationaux, polygames –une femme en France et une dans le pays d’origine-), de plus en plus nombreuses, ont des têtes de bulletin de vote qu’il s’agit de ne pas négliger en ces temps de sondages difficiles pour Sarkozy et l’UMP.

-Eric Besson, comme tous les ministres précédents, pédalent poussivement derrière le réel. Dans mon livre, j’explique pourquoi le mariage n’est plus la condition nécessaire et suffisante pour régulariser une situation de clandestinité ou obtenir un titre de séjour par le biais d’un mariage mixte célébré à l’étranger. La filière en or, le jackpot, c’est l’enfant né sur le sol français (Hexagone + DOM/TOM). 9 mois au lieu de 3 ou 4 ans pour garantir le titre de séjour, le calcul est vite fait.

- Il suffit de lire tous les conseils et astuces donnés sur les forums d'associations telles que "France terre d'asile", pour s'en convaincre. Conseil n° 1 : faites un bébé. Lire également l'excellent site d'un franco-sénégalais "senegalaisement.com" et tous ses bons plans pour venir en France.

-Le Figaro avait publié en novembre 2006, à la sortie de mon livre, un excellent article sur le sujet des paternités et des maternités « pour les papiers », notamment dans la communauté africaine en France. Silence radio de la part du gouvernement de l’époque !

Voici le lien sur la revue de presse de mon livre et notamment le Figaro : http://www.tatamis.fr/virtuelle.php/id/111214#immigration


http://actu.orange.fr/articles/france/Eric-Besson-veut-engager-une-reflexion-sur-les-mariages-de-complaisance.html

Tuesday, May 05, 2009

L’immigration par escroquerie sentimentale, de Marie-Annick Delaunay
mardi 5 mai 2009, par
Laurence Vuillemot

Riposte Laïque publie régulièrement des analyses (en particulier celles de Robert Albarèdes) sur la situation et les risques de l’immigration dans notre pays. Son importance en quantité de flux est non seulement injustifiée, mais produit au contraire des effets aussi pervers sur la situation des salariés en faisant le jeu du capitalisme outrancier, que dévastateurs sur la cohésion nationale.
Mais il est tout un pan de la façon dont cette immigration se met en place qui est moins souvent mis en avant, c’est celui de l’utilisation sans scrupules des sentiments sincères de certains (souvent certaines d’ailleurs) dans le cadre de mariages « intéressés » et, de plus en plus, de la conception d’enfants « fabriqués » comme on fabrique de faux papiers...
C’est cette face cachée et honteuse que Marie-Annick Delaunay nous propose de découvrir dans son ouvrage « L’immigration par escroquerie sentimentale », et on sort de cette lecture encore un peu plus dégoûté par l’aveuglement de nos gouvernants qui finit par ressembler à de l’inconscience, voire de la perversité...
Lire l'article complet en cliquant sur : http://www.ripostelaique.com/L-immigration-par-escroquerie.html